Le parfum des îles Borromées

Page: .53./.53.

René Boylesve

Le parfum des îles Borromées

Sous la pluie persistante, Gabriel Dompierre et Dante Léonard William Lee, Mr et Mme de Chandoyseau et Solweg quittèrent Stresa par le bateau du matin. Installés à l’arrière, sous l’abri de toile qui couvrait le pont, tous donnaient un dernier coup d’œil à cette anse privilégiée du lac Majeur qui contient Pallanza, Baveno, Stresa et les trois îles.

Le poète s’était installé à l’écart, enfermé dans le mutisme qu’il n’avait pas rompu depuis la mort de Carlotta.

Mme de Chandoyseau, qui ignorait la secrète entente de Gabriel et de sa sœur, et qui croyait avoir fait le malheur de celle-ci, ne savait plus à qui adresser la parole. Mr de Chandoyseau, mettant la tristesse générale sur le compte du mauvais temps, hasarda cette réflexion :

—    Que diable ! il ne faut pas nous plaindre, nous avons passé là une bien belle saison.

Personne ne souffla.

—    Mademoiselle Solweg, dit Dompierre en s’approchant de la jeune fille, j’espère que vous me ferez le plaisir de me présenter à monsieur votre frère ?…

Elle sourit sous sa capeline imperméable dont la chaleur lui rosait les joues :

—    Bien volontiers, dit-elle, mais il faut que je vous prévienne de ne pas m’appeler Solweg devant lui, cela le met en colère !

—    Pourquoi donc ?

—    Je ne m’appelle pas Solweg. C’est ma sœur qui a tenu à me baptiser ainsi depuis trois ans… Figurez-vous que je m’appelle Marie-Rose.

—    À la bonne heure !

—    Oui, mais c’était un peu simplet, vous comprenez, pour ma sœur !…

Elle éprouvait un véritable bonheur de se voir enfin débarrassée du malentendu et de l’affublement ridicule que Mme de Chandoyseau avait répandu sur toute sa personne; elle était pleine d’espoir, elle se croyait heureuse, et sa figure animée prenait une grâce nouvelle.

Dompierre, en effet, continuait à lui parler avec complaisance. Mais elle s’aperçut que ses yeux étaient ailleurs encore. Il regardait fuir les rives d’où le poète avait vu émerger une trop réelle sirène; il s’appliquait à percer le brouillard; il s’acharnait à distinguer une dernière fois tel et tel lieu, à ressusciter tel souvenir dont la saveur lui versait un suprême enivrement. Elle reprit, près de lui, son attitude de patience et d’attente.

La pluie s’épaississait, le bateau filait, toute cette baie de volupté disparaissait dans une grisaille impénétrable; on tourna, et ce n’était plus la peine même de regarder. Gabriel eut une oppression comme si l’air venait à lui manquer; ses narines battaient; sa bouche était entrouverte en quête d’un souffle épuisé : il avait senti expirer le parfum des îles Borromées.

René Boylesve

Le parfum des îles Borromées

Page: .53./.53.

Fregate: Une passerelle vers le Conte & la Poésie.

Copyright © 2005 - 2008 Pascal ZANARDI, Tous droits réservés.