Les maîtres sonneurs

Page: .18./.61.

George Sand

Les maîtres sonneurs

Ne pleurez pas, Brulette, continua le muletier en lui prenant la main dont elle s’essuyait le visage; tout n’est pas encore perdu. Écoutez-moi jusqu’à la fin.

»Voyant l’angoisse de ce pauvre enfant, je m’en allai quérir un bon médecin, lequel, l’ayant examiné, nous dit qu’il avait plus d’ennui que de maladie, et qu’il répondait de le bien guérir, s’il pouvait se retenir de sonner et se dispenser de bûcher encore un mois durant.

Quant au dernier point, c’était bien commode; mon père n’est pas malheureux, ni moi non plus, Dieu merci, et nous n’avons pas grand mérite à prendre soin d’un ami empêché dans son travail; mais l’ennui de ne point musiquer et d’être là, loin de son monde, privé de voir sa Brulette, sans profit pour son avancement, a fait mentir le médecin. Un mois s’est quasiment passé, et Joset n’est pas mieux. Il ne voulait pas vous le faire assavoir, mais je l’y ai décidé; et mêmement, je le voulais amener ici avec moi. Je l’avais bien arrangé sur un de mes mulets et vous le reconduisais déjà, lorsqu’au bout de deux lieues, il est tombé en faiblesse, et j’ai été obligé de le reporter à mon père, lequel m’a dit : « Va-t’en au pays de ce garçon et ramène ici sa mère ou sa fiancée. Il n’est malade que de chagrin, et, en voyant l’une ou l’autre, il reprendra courage et santé pour achever ici son apprentissage ou pour s’en retourner chez lui. »

»Cela dit devant Joset l’a beaucoup secoué : « Ma mère, criait-il comme un enfant; ma pauvre mère, qu’elle vienne au plus tôt ! » Mais bien vite il se reprenait : « Non, non ! je ne veux pas qu’elle me voie mourir; son chagrin m’achèverait trop malheureusement ! — Et Brulette ? lui disais-je tout bas :

—    Oh ! Brulette ne viendrait pas, faisait-il; Brulette est bonne; mais il n’est point possible, qu’elle n’ait pas fait choix d’un amoureux qui la retiendrait de me venir consoler. »

»Alors, j’ai fait jurer à Joset qu’il prendrait au moins patience jusqu’à mon retour, et je suis venu. Père Brulet, décidez de ce qu’il faut faire, et vous, Brulette, consultez votre cœur.

—    Maître Huriel, dit Brulette en se levant, j’irai, encore que je ne sois point la fiancée de Joseph, comme vous le dites, et que rien ne m’oblige envers lui, sinon que sa mère m’a nourrie de son lait et portée en ses bras. Mais pourquoi pensez-vous que ce jeune homme est épris de moi, puisque, aussi vrai que voilà mon grand-père, il ne m’en a jamais dit le premier mot ?

—    Il m’avait donc bien dit la vérité ? s’écria Huriel, comme charmé de ce qu’il entendait; mais, se raccoisant aussitôt : Il n’en est pas moins vrai, dit-il, qu’il en peut mourir, d’autant plus que l’espoir ne le soutient pas, et je dois ici plaider sa cause et dire ses sentiments.

—    En êtes-vous chargé ? dit Brulette avec fierté, et aussi avec un peu de dépit contre le muletier.

—    Il faut que je m’en charge, commandé ou non, répliqua Huriel. J’en veux avoir le cœur net… à cause de lui qui m’a confié sa peine et demandé mon secours. Voilà donc comme il me parlait : « J’ai voulu me donner à la musique, autant par amour de la chose que par amour de ma mie Brulette. Elle me considère comme son frère, elle a toujours eu pour moi de grands soins et une bonne pitié; mais elle n’en a pas moins fait attention à tout le monde, hormis à moi; et je ne l’en peux blâmer. Cette jeunesse aime la braverie et tout ce qui rend glorieux. C’est son droit d’être coquette et avantageuse. J’en ai le cœur fâché, mais c’est la faute du peu que je vaux si elle donne ses amitiés à de plus vaillants que moi. Tel que me voilà, ne sachant ni piocher rude, ni parler doux, ni danser, ni plaisanter, ni même chanter, me sentant honteux de moi et de mon sort, je mérite bien qu’elle me regarde comme le dernier de ceux qui pourraient prétendre à elle. Eh bien, voyez-vous, cette peine me fera mourir si elle dure, et j’y veux trouver un remède. Je sens en dedans de moi quelque chose qui me dit que je peux musiquer mieux que tous ceux qui s’en mêlent dans notre endroit; si j’y aboutais, je ne serais plus un rien du tout. Je deviendrais plus que les autres, et comme cette fille a du goût et de l’accent pour chanter, elle comprendrait, par elle-même, ce que je vaux, outre que sa fierté serait flattée de l’estime qu’on ferait de moi. »

—    Vous parlez, dit Brulette en souriant, comme si je l’entendais lui-même, encore qu’il ne m’ait jamais dit cela à propos de moi. Son amour-propre a toujours été en souffrance, et je vois que c’est aussi par l’amour-propre qu’il croirait pouvoir me persuader; mais puisque une telle maladie le met en danger de mourir, je ferai, pour lui remonter le courage, tout ce qui dépendra de la sorte d’amitié que j’ai pour lui. J’irai le voir avec la Mariton, si toutefois c’est le conseil et la volonté de mon grand-père.

—    Avec la Mariton, dit le père Brulet, ça ne me paraît pas possible, pour des raisons que je sais et que tu sauras bientôt, ma fille. Qu’il te suffise, quant à présent, que je te dise qu’elle est empêchée de quitter son maître, à cause d’embarras qu’il a dans ses affaires. D’ailleurs, si la maladie de Joseph peut se dissiper, il est inutile de tourmenter et de déranger cette femme. J’irai donc avec toi, parce que j’ai la confiance, comme tu as toujours gouverné Joseph pour le mieux, que tu auras encore crédit sur son esprit pour le ramener au courage et à la raison. Je sais ce que tu penses de lui, et c’est ce que j’en pense aussi : d’ailleurs, si nous le trouvions dans un état désespéré, nous ferions vitement écrire pour que sa mère vienne lui fermer les yeux.

—    Si vous voulez me souffrir en votre compagnie pour le voyage, dit Huriel, je vous conduirai bien au juste, d’un soleil à l’autre, au pays où se trouve Joseph, et mêmement en une seule journée si vous ne craignez pas trop les mauvais chemins.

—    Nous causerons de ça à table, répondit mon oncle; et quant à votre compagnie, je la souhaite et la réclame, car vous avez très bien parlé, et je ne suis pas sans savoir à quelle famille d’honnêtes gens vous appartenez.

—    Connaissez-vous donc mon père ? dit Huriel. En nous entendant nommer Brulette, il nous a dit, à Joseph et à moi, que son père avait eu un ami de jeunesse qui s’appelait Brulet.

—    C’était moi, dit mon oncle. J’ai bûché longtemps, il y a une trentaine d’années, dans le pays de Saint-Amand avec votre grand-père, et j’ai connu votre père tout jeune, travaillant avec nous et sonnant déjà par merveille. C’était un garçon bien aimable, qui ne doit pas être encore trop chagriné par l’âge. Quand vous vous êtes fait connaître tout à l’heure, je n’ai pas voulu vous couper la parole, et si je vous ai un peu tancé sur les coutumes de votre état, c’était à seules fins de vous éprouver. Or donc, asseyez-vous, et n’épargnez rien de ce qui est ici à votre service.

Pendant le souper, Huriel se montra aussi raisonnable dans ses discours et aussi gentil dans son sérieux, que nous l’avions trouvé divertissant et agréable dans la nuit de la Saint-Jean. Brulette l’écoutait beaucoup et paraissait s’accoutumer à sa figure de charbonnier; mais quand on parla du chemin à faire et de la manière de voyager, elle s’inquiéta pour son grand-père de la fatigue et du dérangement; et comme Huriel ne pouvait pas répondre que la chose ne fût bien pénible pour un homme d’âge, je m’offris à accompagner Brulette à la place de mon oncle.

—    Voilà la meilleure des idées, dit Huriel. Si nous ne sommes que nous trois, nous prendrons la traverse, et, partant demain matin, arriverons demain soir. J’ai une sœur, très sage et très bonne, qui recevra Brulette en sa propre cabiole, car je ne vous cache pas que là où nous sommes, vous ne trouverez ni maisons, ni couchée selon vos habitudes.

—    Il est vrai, reprit mon oncle, que je suis bien vieux pour dormir sur la fougère, et malgré que je ne sois pas bien complaisant à mon corps, si je venais à tomber malade là-bas, je vous serais d’un grand embarras, mes chers enfants. Or donc, si Tiennet y va, je le connais assez pour lui confier sa cousine. Je compte qu’il ne la quittera d’une semelle dans toute rencontre où il y aurait danger pour une jeunesse, et je compte sur vous aussi, Huriel, pour ne l’exposer à aucun accident en route.

Je fus bien content de cette résolution et me fis un plaisir de conduire Brulette, de même qu’un honneur de la défendre au besoin. Nous nous départîmes à la nuit, et avant la levée du jour, nous nous retrouvâmes à la porte du même logis; Brulette déjà prête et tenant son petit paquet, Huriel conduisant son clairin et trois mules, sur l’une desquelles il y avait une bâtine très douce et très propre où il assit Brulette; puis il enfourcha le cheval, et moi l’autre mule, un peu étonné de me voir là-dessus. La troisième, chargée de grandes bannes neuves, suivait d’elle-même, et Satan fermait la marche. Personne n’était encore levé dans le village, et c’était mon regret, car j’aurais souhaiter donner un peu de jalousie à tant de galants de Brulette, qui m’avaient fait enrager maintes fois; mais Huriel paraissait pressé de quitter le pays sans être examiné de près et critiqué, aux oreilles de Brulette, pour sa figure noire.

Nous n’allâmes pas loin sans qu’il me fît sentir qu’il ne me laisserait pas gouverner toutes choses à mon gré. Nous étions au bois de Maritet sur le midi, et avions fait quasi la moitié du voyage. Il y avait par là un petit endroit qu’on appelle la Ronde, où j’aurais été content d’entrer et de nous payer un bon déjeuner; mais Huriel se moqua de mon goût pour le couvert, et, se voyant soutenu par Brulette, qui était disposée à prendre tout en gaieté, il nous fit descendre un petit ravin où coule une mince rivière qui a nom la Portefeuille, parce que, de ce temps-là, du moins, elle était toute couverte des grandes nappes du plateau blanc, et aussi ombragée du feuillage de la forêt, laquelle descendait, de chaque côté, jusqu’à ses rives. Il lâcha les bêtes dans les joncs, nous choisit une belle place toute rafraîchie d’herbes sauvages, ouvrit les paniers, déboucha le baril, et nous servit un aussi bon goûter que nous l’eussions pu faire chez nous, bien proprement, et avec tant d’égards pour Brulette qu’elle ne se put empêcher d’en marquer son plaisir.

Et comme elle vit qu’avant de toucher au pain pour le couper, et à la serviette blanche qui roulait les provisions, il se lavait avec grand soin les mains dans la rivière, jusqu’au-dessus des coudes, elle lui dit en riant et avec son petit air de commandement gracieux :

—    Pendant que vous y êtes, vous pourriez bien aussi vous laver la figure, afin qu’on voie si c’est bien vous le beau cornemuseux de la Saint-Jean.

—    Non, mignonne, répondit-il. Il faut vous habituer à l’envers de la monnaie. Je ne prétends rien sur votre cœur qu’un peu d’amitié et d’estime, malgré que je sois un païen de muletier; je n’ai donc pas besoin de vous plaire par mon visage, et ce n’est pas pour vous que je le blanchirai.

Elle fut mortifiée, mais ne resta point court :

—    On ne doit point faire peur à ses amis, dit-elle, et tel que vous voilà, vous risquez que la frayeur m’ôte l’appétit.

—    En ce cas-là, j’irai donc manger à l’écart, pour ne vous point écœurer.

Il le fit comme il le disait, s’assit sur une petite roche qui avançait dans l’eau, en arrière de l’endroit où nous étions assis, et se mit à manger seul, tandis que je profitais du plaisir de servir Brulette.

Elle en rit d’abord, croyant l’avoir fâché et y prenant gré comme toutes les coquettes; mais quand elle se lassa du jeu et le voulut ramener, elle eut beau l’exciter en paroles, il tint bon, et, chaque fois qu’elle tournait la tête devers lui, il lui tournait le dos en se cachant d’elle et en lui répondant, bien à propos, mille badineries, sans montrer aucun dépit, ce qui, pour elle, était peut-être bien le pire de la chose.

De sorte qu’elle en eut regret, et, à un mot un peu vif qu’il lâcha sur les bégueules, et qu’elle crut dit à son intention, deux larmes lui tombèrent des yeux, encore qu’elle eût bien voulu les retenir en ma présence. Huriel ne les vit point, et je n’eus garde de paraître les avoir vues.

Quand nous fûmes assez repus pour une fois, Huriel me dit de serrer le restant de nos vivres, et ajouta :

—    Si vous êtes las, mes enfants, vous pouvez faire un somme ici, car nos bêtes ont besoin qu’on laisse passer la grande chaleur du jour. C’est l’heure où la mouche est enragée, et, dans ces taillis, elles se peuvent frotter et secouer à leur guise. Je compte, Tiennet, que tu feras bonne garde à notre princesse. Moi, je vas monter un peu dans la forêt pour voir comment s’y gouverne l’œuvre du bon Dieu.

Et d’un pas léger, ne sentant pas plus le chaud que si nous étions au mois d’avril, encore que ce fût en plein juillet, il grimpa la côte et se perdit sous les grands arbres.

George Sand

Les maîtres sonneurs

Page: .18./.61.

Fregate: Une passerelle vers le Conte & la Poésie.

Copyright © 2005 - 2008 Pascal ZANARDI, Tous droits réservés.