— Raymond Roussel —

Page: .2./.44.

Raymond Roussel

Locus Solus

Pensant que le Fédéral, vu son présent délaissement, pouvait être acquis, Echenoz offrit un large prix aussitôt accepté — puis rapporta en Europe la singulière statue, dont l’historique éveilla fort l’attention de Canterel.

Or Echenoz était mort depuis peu, léguant le Fédéral à son ami, en souvenir de l’intérêt porté par celui-ci à l’ancien fétiche africain.

Nos regards, fixant le symbolique enfant, maintenant paré pour nous, ainsi que la vieille plante, de la plus attrayante gloire, furent bientôt sollicités par trois hauts reliefs rectangulaires, taillés, à même la pierre, dans la portion inférieure du bloc élevé où s’évidait la niche.

Devant nous, entre le sol et le niveau de la plate-forme que foulait le Fédéral, les trois œuvres, finement coloriées, s’allongeaient horizontalement l’une au-dessous de l’autre et, déjà très frustes par endroits, donnaient le sentiment, ainsi que le bloc pierreux entier, d’une fabuleuse antiquité.

Le premier haut-relief représentait, debout sur une plaine gazonneuse, une jeune femme extasiée, qui, les bras alourdis par une moisson de fleurs, contemplait à l’horizon cette expression : D’ORES, esquissée dans le ciel par d’étroits cirrus que le vent recourbait mollement. Les teintes, bien que passées, subsistaient partout, délicates et multiples, encore nettes sur les nuages, pleins de rouges reflets crépusculaires.

Plus bas le second tableau sculptural montrait la même inconnue, qui, assise dans une salle somptueuse, profitait d’une couture béante pour extraire d’un coussin bleu aux riches broderies certain fantoche costumé de rose et privé d’un de ses yeux.

Près de terre le troisième morceau mettait en scène un borgne en vêtements roses, qui, pendant vivant du fantoche, désignait à plusieurs curieux un bloc moyen de veineux marbre vert, dont la face supérieure, où s’enchâssait à demi un lingot d’or, portait le mot Ego très légèrement gravé avec paraphe et date. Au second plan un court tunnel, muni intérieurement d’une grille fermée, semblait conduire à quelque immense caverne, creusée dans les flancs d’une marmoréenne montagne verte.

Dans les deux derniers sujets, telles couleurs gardaient une certaine force, notamment le bleu, le rose, le vert et l’or.

Interrogé, Canterel nous renseigna sur cette trilogie plastique.

Sept ans environ avant l’heure actuelle, ayant appris qu’une société se formait en vue de mettre au jour la ville bretonne de Gloannic, détruite et ensablée au XVe siècle par un formidable cyclone, le maître, sans nul esprit de lucre, avait souscrit de nombreuses actions, dans le seul but d’encourager une grandiose entreprise, apte à donner selon lui de passionnants résultats.

Par la voix de leurs représentants, les plus grands musées des deux mondes s’étaient bientôt disputé maintes choses précieuses, qui, dues à des fouilles habiles faites en bonne place, venaient sans retard subir à Paris le feu des enchères publiques.

Canterel, présent à chaque nouvel arrivage d’antiquités, s’était soudain rappelé un soir, à la vue de trois hauts-reliefs peints ornant de face la base d’une grande niche vide récemment déterrée, cette légende armoricaine contenue dans le Cycle d’Arthur.

Au temps jadis, dans Gloannic, sa capitale, Kourmelen, roi de Kerlagouëzo — contrée sauvage marquant l’extrême pointe occidentale de la France — sentit, jeune encore, décliner rapidement sa santé dès longtemps précaire.

Kourmelen, depuis un lustre, était veuf de la reine Pléveneuc, morte en donnant le jour à son premier enfant, la petite princesse Hello.

Ayant plusieurs frères envieux qui briguaient le trône, Kourmelen, tendre père, songeait avec effroi qu’après son trépas, sans doute prochain, Hello, appelée par la loi du pays à lui succéder sans partage, serait, vu son jeune âge, en butte à maintes conspirations.

Dépourvue de joyaux, mais rachetant son défaut de luxe par une extrême ancienneté, la lourde couronne d’or de Kourmelen, ayant, sous le nom de la Massive, ceint de temps immémorial chaque front souverain de Kerlagouëzo, était devenue, à la longue, l’essence même de la royauté absolue, et privé d’elle nul prince n’eût pu régner un seul jour. Par suite d’un ardent fétichisme, apte à prévaloir contre toute légitimité, le peuple eût reconnu pour maître tel prétendant assez adroit pour s’emparer de l’objet, prudemment enfermé en un lieu sûr muni de sentinelles.

Un ancêtre de Kourmelen, Jouël le Grand, avait, en des âges lointains, fondé le royaume de Kerlagouëzo ainsi que sa capitale et porté le premier la Massive, fabriquée sur son ordre.

Mort presque centenaire après un règne glorieux, Jouël, divinisé par la légende, s’était changé en astre du ciel et continuait à veiller sur son peuple. Dans le pays, chacun savait le voir au milieu des constellations pour lui adresser vœux et prières.

Confiant en la surnaturelle puissance de son illustre aïeul, Kourmelen, miné par ses angoisses, l’adjura de lui envoyer en songe quelque salutaire inspiration. Pour ôter à ses frères jus qu’au moindre espoir de succès, il avait longuement songé à sceller hors de leurs atteintes, dans telle mystérieuse cachette, la couronne révérée, indispensable à toute intronisation. Mais il fallait qu’une fois en âge de défier ses ennemis Hello, pour se faire proclamer reine, pût retrouver l’antique cercle d’or — et la prudence défendait de lui indiquer le repaire choisi, tant la force ou la ruse arrachent facilement un secret à l’enfance. Obligé de prendre un confident, le roi hésitait, ému par la gravité du cas.

Jouël entendit la prière de son descendant et le visita en rêve pour lui dicter une sage conduite.

Dès lors Kourmelen n’agit plus qu’en suivant les instructions reçues.

Faisant fondre sa couronne il obtint un lingot de banale forme oblongue et se rendit au Morne-Vert, montagne enchantée qu’avait illustrée autrefois un studieux voyage de Jouël.

Vers la fin de sa vie, parcourant son royaume avec sollicitude pour contrôler le bien-être populaire et l’honnêteté de ses gouverneurs, Jouël avait campé un soir dans une région solitaire entièrement nouvelle pour ses yeux.

On avait dressé la tente royale au pied du Morne-Vert, mont chaotique, surprenant par sa nuance glauque et ses reflets de marbre finement veiné. Jouël, intrigué, en tenta l’ascension pendant que le repos s’organisait, frappant sans cesse avec un pieu ferré, comme pour en reconnaître la nature, le sol partout résistant. Certain coup l’étonna en provoquant une vague résonance souterraine. Arrêté, il heurta fortement divers points de l’emplacement suspect et perçut un écho sourd, qui, se propageant dans les flancs de la montagne, dénotait la présence d’une importante caverne.

Sentant là un abri enviable pour la nuit, qui s’annonçait froide, Jouël, sans gravir davantage, fit chercher par ses gens quelque faille donnant accès dans l’antre imprévu.

Contrarié par l’échec de toute investigation, le roi, songeant à l’existence possible d’une ouverture ensablée, ordonna de déblayer, au-dessous de l’endroit sonore, la montagne dont un fin gravier envahissait la base.

Quelques travailleurs improvisés, s’armant d’instruments de fortune, mirent à nu, presque d’emblée, le sommet d’une voûte, qu’ils dégagèrent pour le passage strict d’un homme.

Jouël, pénétrant torche en main dans l’étroit couloir, eut vite connaissance d’une caverne splendide, tout en marbre vert garni par un étrange phénomène géologique d’énormes pépites d’or — représentant à elles seules une incalculable fortune, susceptible d’être décuplée par celles que recelait à coup sûr l’épaisseur du massif.

Ébloui, Jouël voulut, en les réservant pour d’éventuelles époques de ruineux malheurs, garantir de toute cupidité ces richesses fabuleuses, présentement inutiles à un royaume heureux jouissant d’une calme prospérité due au génie de son fondateur.

Taisant ses pensées, le roi se fit rejoindre par sa suite, et la nuit s’écoula paisible dans l’hospitalière caverne.

Le lendemain, un va-et-vient s’établit avec le plus prochain village, et des ouvriers se mirent à l’œuvre sous la conduite de Jouël. Libéré par leurs soins de tout ensablement, l’étroit passage primitif devint un spacieux tunnel, à mi-chemin duquel, après évacuation de la grotte, on établit une importante grille à deux battants, dépourvue de serrure par ordre formel du roi.

Alors, devant tous, Jouël, qui pratiquait la magie, prononça deux solennelles incantations. Par la première, il rendait à jamais l’extérieur du mont invulnérable aux plus durs outils, et fermait impérieusement, par la seconde, l’épaisse et haute grille, immunisée en même temps contre le bris et le descellement.

Puis le monarque fit aux assistants de précieuses révélations. Actuellement ignorée de lui-même, impuissant à reconquérir, quand il l’eût voulu, les richesses interdites, certaine phrase magique, relatant un personnel événement surhumain appelé à illustrer sa mort, serait à même d’ouvrir momentanément la grille à chaque impeccable énoncé. Une seule fois au cours des siècles futurs, en cas de grands désastres publics dont le déchaînement ou l’expectative pourrait nécessiter l’appoint de ces trésors, Jouël aurait la faculté de dévoiler à l’un de ses successeurs, au moyen d’un songe, le propos cabalistique. Il livrait d’avance la substance du sésame pour que maints téméraires, par leurs essais périodiques, sauvassent l’important gisement de l’oubli forcé où l’eût plongé un emprisonnement absolu.

Un mois plus tard, rentré à Gloannic après l’achèvement de sa tournée, Jouël, par une nuit limpide, mourut chargé d’ans et de gloire — et soudain un astre neuf brilla au firmament.

Prompt à reconnaître là cet incident surnaturel récemment prédit par Jouël pour l’heure de son trépas, le peuple, avec certitude, salua en l’étoile imprévue l’âme même du défunt, prête à veiller éternellement sur les destinées du royaume.

Sachant désormais quel fait devait exprimer la formule propre à livrer les immenses biens du Morne-Vert, le nouveau souverain, ambitieux fils de Jouël, prononça devant la grille ensorcelée force textes laconiques rapportant de mille façons diverses la transformation du feu roi en astre des cieux. Mais il n’atteignit pas le dire juste, car les battants restèrent clos. Et ce fut toujours en vain que, dans la suite, de semblables tentatives eurent lieu derechef.

Or, cette proposition rebelle, Kourmelen, pendant son rêve, l’avait reçue des lèvres de Jouël, autorisé à en faire l’aveu par le menaçant orage politique suspendu sur le royaume.

Au seuil du Morne-Vert, il l’émit en ces termes, dont les chercheurs, au cours des siècles, s’étaient seulement approchés :

“Jouël brûle, astre aux cieux.”

Raymond Roussel

Locus Solus

Page: .2./.44.

labels: armorique | bretagne | couronne d’or | fétiche africain | légende du roi Arthur | Locus Solus | Raymond Roussel | roman |

Fregate: Une passerelle vers le Conte & la Poésie.

Copyright © 2005-2010 Pascal ZANARDI, Tous droits réservés.