Bouquet

Les bouquets

«bouquet» in texte:

Villages perdus à mi-colline dans les massifs d’oliviers, d’amandiers et de vignes, ruisseaux coulant vers le lit de quelque tributaire, entre les bouquets de myrtes et de lauriers-roses; puis, accrochés à toutes les hauteurs, sur tous les revers, suivant toutes les orientations, des milliers de plants de ces fameuses vignes de Corinthe, qui ne laissaient pas un pouce de terre inoccupé;

Les chênes verts tachaient l’ombre de leur masse opaque; et le malheureux amant distingua les pointes aiguës et noires du bouquet de cyprès où il avait tant de fois tendu les bras à sa maîtresse. Le parfum de la nuit était aussi le même. Toutes les choses qu’il apercevait avivaient l’affreuse plaie de son cœur.

je courus au buisson voisin et coupai, bien gaiement, tout un jeune cerisier sauvage en fleur, tandis qu’Huriel, qui s’était à l’avance pourvu d’un de ces beaux rubans tissus de soie et d’or qu’on vend dans son pays, et que les femmes mettent sous leurs coiffes de dentelle, mêlait de l’épine blanche avec de l’épine rose et les nouait en un bouquet digne d’une reine.

En passant à côté de lui, elle laissa tomber à terre un bouquet de violettes qu’elle tenait à la main. Il se baissa aussitôt, ramassa le bouquet et le présenta à la jeune fille pour le lui rendre; mais, au lieu de le reprendre, elle continua sa route sans prononcer un mot...

elles ne se parlent pas; elles se tiennent par la main. Leurs cheveux tombent en désordre sur leurs épaules nues; un bouquet de fleurs noires est penché sur leur sein. Nonnes, retournez dans vos caveaux; la nuit n’est pas encore complètement arrivée; ce n’est que le crépuscule du soir…

Mais tous ces trésors s’étalaient en vain pour la plupart des jeunes filles de Lowood; quelquefois seulement on venait cueillir un petit bouquet d’herbes et de fleurs destinées à orner un cercueil.

Sans compter, dit Méloir, qu’un bouquet de persil ne serait pas de trop dans la sauce de ces oies. Mais voyez donc quelles nobles bêtes !

Je revins en suivant le boulevard de tribord, passant entre les roufles et les pavois, évitant le choc des poulies qui se balançaient dans les airs et le coup de fouet des manœuvres que la brise cinglait çà et là, me dégageant ici des heurts d’une grue volante, et, plus loin, des scories enflammées qu’une forge lançait comme un bouquet d’artifice.

Le pont franchi, nous prenions pied sur l’île. C’était Goat Island, l’île de la chèvre, un morceau de terre de soixante-dix acres, couvert d’arbres, coupé d’allées superbes où peuvent circuler les voitures, jeté comme un bouquet entre les chutes américaine et canadienne, que sépare une distance de trois cents yards.

Je sais qu’un brave chevalier tel que vous peut requérir un don d’une noble dame telle que moi; recevez donc en signe d’honneur ce vieux bouquet fané.

C’était une chapelle toute grise, très petite et très vieille; au milieu de l’aridité d’alentour, un bouquet d’arbres, gris aussi et déjà sans feuilles, lui faisait des cheveux, des cheveux jetés tous du même côté, comme par une main qu’on y aurait passée.

De là-bas, sûrement, de ce bouquet de bambous, qui fait dans la plaine comme un îlot de plumes, et derrière lesquels apparaissent, à demi cachées, des toitures cornues. Alors ils y courent; dans la terre détrempée de la rizière, leurs pieds s’enfoncent ou glissent;

Çà et là, un bouquet d’ajoncs se dressait sur une hauteur entre deux pierres, comme un panache ébouriffé; un groupe d’arbres tordus formait un amas sombre dans un creux, ou bien, ailleurs, quelque hameau à toit de paille dessinait au-dessus de la lande une petite découpure bossue.

On n’entendait point les sabots d’un attelage qui d’ailleurs filait à une allure inusitée, mais l’on distinguait nettement les sauts et soubresauts des grandes roues ferrées, sur le sol inégal et sur les brindilles pétillantes. Comment un tel équipage ne se brisait-il pas aux mille détours nécessaires pour éviter soit un tronc, soit un bouquet de baliveaux ou bien un entonnoir tel que celui d’où jadis avait été retirée la fée sous figure de vieille ? C’était miracle assurément; mais cela tenait aussi à l’extrême dextérité de cette paire de lézards géants qui se faufilaient dans la forêt aussi aisément que fait un ordinaire lézard parmi la pierraille.

Le jour même du drame, comme la berline, au sortir d’un village, montait une côte en compagnie d’enfants pauvres tendant tous à l’envi leurs mains pleines de fleurs fraîches cueillies, Gérard avait acheté un bouquet pour Clotilde, qui, prenant aussitôt une rose dans l’ensemble, s’était plu à la passer au revers du donateur. Prisonnier, le poète avait pieusement conservé ce doux souvenir de celle qu’il n’espérait plus revoir.

Bientôt Ethelfleda, confuse de son retard, parut, pleine de hâte, ses gants encore pliés, tenant en main, par tendre attention conjugale, une rose-thé distraite d’un bouquet exempt de toute nuance voisine du rouge, dont son mari, le matin même, lui avait fait hommage.

jaquette courte à boutons d’argent très rapprochés, chemise empesée à corolle droite, gilet à liséré soutaché de soie, culotte étroite, rattachée au genou avec des bouquets de floches laineuses, feutre mou, bottes jaunâtres, et, à la ceinture, dans sa gaine de cuir, le couteau scandinave, le « dolknif », dont est toujours muni le vrai Norvégien.

On entend une vague musique très douce, qui paraît venir de partout à la fois et dont l’air est comme imprégné; — et elle émane de tous ces bouquets en or, dont les tiges s’élancent des grands vases : chacune de leurs fleurs est une sonnette légère, que le moindre souffle agite…

Je revis là, mais non plus desséchées comme les échantillons du Nautilus, des padines-paons, déployées en éventails qui semblaient solliciter la brise, des céramies écarlates, des laminaires allongeant leurs jeunes pousses comestibles, des néréocystées filiformes et fluxueuses, qui s’épanouissaient à une hauteur de quinze mètres, des bouquets d’acétabules, dont les tiges grandissent par le sommet, et nombre d’autres plantes pélagiennes, toutes dépourvues de fleurs.

Nous étions arrivés au pied d’un bouquet de dragonniers robustes, qui écartaient les roches sous l’effort de leurs musculeuses racines,

ce que j’avais pris pour une forêt, c’était un bouquet de dix à douze arbres merveilleusement soutenus en l’air par de forts arcs-boutants formés de racines énormes qui semblaient avoir poussé l’arbre tout entier hors de terre, et dont le tronc ne tenait au sol que par une racine placée au milieu et plus petite que les autres.

En arrivant à la chute d’eau, nous trouvâmes la terre jonchée d’une espèce de baies d’un brun foncé, couronnées d’un petit bouquet de feuilles et de la grosseur d’une noisette ordinaire. Leur aspect était si engageant, que les enfants n’hésitèrent pas à en avaler quelques-unes; mais le goût en était si acre, qu’ils les recrachèrent aussitôt avec répugnance, juste châtiment de leur gourmandise.

Fregate: Une passerelle vers le Conte & la Poésie.

Copyright © 2005 - 2011 Pascal ZANARDI, Tous droits réservés.